France Profonde

la terre qu’ON CULTIVE / la terre qu’ON DEFEND / la terre qu’ON TRAVERSE
la terre qu’ON TRANSMET / la terre dont ON HERITE / la terre qu’ON VEND
la terre qu’ON INVESTIT / la terre qu’ON POLLUE / la terre qu’ON EXPLOITE
la terre dont ON REVE / la terre dont ON SE REVENDIQUE / la terre qu’ON ACCAPARE
la terre dont ON NE SAIT RIEN / la terre qu’ON NOMME / la terre qu’ON PRESERVE
la terre qu’ON HABITE / la terre qu’ON AIME, la terre qu’ON QUITTE
la terre qu’ON APPRIVOISE / la terre qu’ON BETONNE / la terre qu’ON ENTERRE...

Quels liens entretenons-nous avec la terre ?

Qu’est-ce qui se joue sur une parcelle agricole en France ?

A la fois surface et profondeur, endroit de profit ou de résistance, objet de convoitise ou de désertification, la terre est sujette à bien des relations humaines.
Il est dit que tous les 7 ans, il y a l’équivalent de la surface d’un département français en terres agricoles qui disparaît sous le bitume de l’urbanisation. Les bourgs se vident et les terres se remplissent de ZAC et de pavillons de lotissements. La pression du foncier est telle que des jeunes agriculteurs ont du mal à s’installer, sans parler des difficultés supplémentaires que rencontrent ceux qui sont hors cadres familiaux… L’agriculture devient hors sol et nous plantons nos maisons sur des terres arables. Mais quelle valeur a donc un lopin de terre ?

Nous avons choisi le titre « France Profonde » pour nous emparer de notre sujet car cela ne parlera pas seulement d’agriculture. Cette expression entraîne toujours des réactions contradictoires instantanées : « La France profonde ? oui c’est ici » et en même temps
« ah non c’est là-bas ». Base arrière du renouveau ou pays des arriérés ?! Qu’on perçoive la terre comme un bien familial ou comme un lieu de passage, la nature des liens affectifs peut être radicalement opposée. C’est cela que nous voulons creuser, loin de la question identitaire, afin d’avoir une vision complexe et fine de nos attaches à celle qui nous supporte.

Pour cette création nous procédons par « carottages ».

Quelques endroits de carottages :
- Le salon de l’agriculture (75)
- La ZAD de Notre Dame des Landes (44)
- Le lycée agricole de Ahun en Creuse (23)
- Le lotissement du quartier Saint-Martin de Paulhan (34)
- Les châteaux et domaines du Libournais (33)
- Les Hauts de l’île de la Réunion (974)

Résidences de création

du 24 au 29 octobre 2016 à la vacherie - Carré-Colonnes à Blanquefort (33)
du 21 au 25 novembre 2016 au Strapontin à Pont Scorff (56)
du 12 au 16 décembre 2016 ferme Kurutxeta en partenariat avec l'Haméka (64)
du 23 au 27 janvier 2017 ferme de la mare à Lamballe en partenariat avec le Quai des rêves (22)
du 13 au 26 février 2017 Pronomade(s) en haute Garonne  Encausse les Thermes (31)
du 06 au 10 mars 2017 à Libourne en partenariat avec Le Liburnia (33)

CRÉATION les 18 et 19 mars 2017 à OCTON avec le Théâtre Le Sillon de Clermont L’herault (34)

 

 

Recherche et écriture : Alice Fahrenkrug, Bénédicte Chevallereau, Cécile Delhommeau
Jeu: Alice Fahrenkrug, Bénédicte Chevallereau, Clovis Chatelain
Mise en scène collective: La Grosse Situation
Direction d’acteur-ices et collaboration artistique: Lucie Chabaudie
Construction et technique: Clovis Chatelain
Regards extérieurs: Cyril Jaubert, Chantal Ermenault, Christophe Chatelain, Mariya Aneva, Dominique Unternehr
Complicités: Benoît Gasnier, Guénolé Jézequel, Pépito Matéo, Sébastien Barrier, Laure Terrier, Julien Fournet.

 

 

Production : La Grosse Situation

Coproduction: OARA,  Le Sillon-Scène conventionnée pour le théâtre dans l’espace public, l’Atelline, Iddac- Institut Départemental de Développement Artistique et Culturel – Agence culturelle de la Gironde, Le Liburnia - Ville de Libourne,  Pronomade(s) en Haute-Garonne - Centre national des arts de la rue, Carré-Colonnes – scène cosmopolitaine, Saint-Médard et Blanquefort, Hameka – Fabrique des arts de la rue- Communauté de Communes Errobi, Adami, Sacd, Spedidam

Avec l'aide à la création : la Direction Régionale des Affaires Culturelles – Drac Nouvelle-Aquitaine, le Fonds de soutien à la création de la Mairie de Bordeaux

Avec le soutien de: Le Séchoir-Scène conventionnée de St Leu-île de la Réunion; Le Strapontin - Pont Scorff, Cdc Lodévois et Larzac, Association Mélando, Le Quai des rêves - Lamballe, Legta de Libourne- Montagne et le CRARC

Ce spectacle a bénéficié de l’aide à l’écriture « mise en scène » de l’association Beaumarchais – SACD.

 

 

 

 

Parallèlement, nous menons des projets en ramifications avec différents lycées agricoles (Ahun, le Rheu, Montagne…). La fertilisation est assurée dans la mise en place d’expériences avec des futur(e)s jeunes agriculteur(rice)s ! code rouge

sacd institutionnel   privee cartouche noire   beaumarchais